Le contexte à notre arrivée

Page d'accueil Plan du site Contactez nous

Avant la "Perestroïka", le tourisme dans les pays baltes, comme partout ailleurs en URSS n’existait pour ainsi dire pas. Les bases militaires soviétiques implantées dans les pays interdisaient toute liberté de découverte.
 
Seuls quelques privilégiés, qui devaient passer par la centrale de l’Intourist à Moscou, pouvaient visiter les quelques sites autorisés. Hormis servir des raisons idéologiques, le tourisme avait pour but de faire rentrer des devises sans se soucier de la qualité des services.


Les programmes présentés étaient imposés et n’offraient aucun intérêt. Le tourisme était une usine où les groupes d’occidentaux subissaient les humeurs de leurs guides fonctionnaires, souvent antipathiques. Le moindre écart au programme et vous étiez tout de suite remis dans le troupeau et sermonné par votre très aimable guide, lequel pouvait souvent être un agent du réputé KGB.

Hotel typique Intouriste
Hotel typique Intouriste
Autocar Intouriste
Autocar Intouriste
Restaurant Intourist
Restaurant Intourist

L’hébergement était assuré dans les hôtels "ghetto" de l’Intourist, une sorte d’île où les touristes étaient isolés de la population locale. Tout contact avec les étrangers était interdit et très mal vu, les Soviétiques encourant de gros ennuis de la part des autorités.

Desk Intouriste
Desk Intouriste


Depuis l’indépendance en 1991, le tourisme a pris ses marques mais n’était pas encore une priorité tant les pays, fraîchement libérés de l’occupation soviétique, ont eu et ont encore à affronter de problèmes vitaux.

Durant les premiers 7 ans d’après l’indépendance le tourisme est resté très modeste, les pays Baltes étant principalement visités par la diaspora et par des vacanciers des pays voisins. 1998 est l’année du grand décollage, surtout dû à l’abolition des visas pour les pays occidentaux. Depuis cette date, le nombre de visiteurs double d’année en année. Les hôtels et restaurants commencent à se multiplier. La variété et l’originalité des circuits proposés séduisent notamment de plus en plus le public français, très friand de nouvelles destinations à haut intérêt culturel. L’accueil des Baltes surprend agréablement : ces peuples sont si fiers de faire découvrir leurs pays encore préservés d’un tourisme de masse. Malheureusement, les États baltes sont toujours sans promotion et sans moyens financiers importants, seul le bouche à oreille fait son effet.
Depuis l’intégration des États baltes à l’OTAN et à l’UE en 2004, les investissements se font de plus en plus nombreux, de nouveaux hôtels voient le jour, le tourisme s’organise et se diversifie...

La variété et l’originalité des circuits proposés séduisent notamment de plus en plus le public français, très friand de nouvelles destinations à haut intérêt culturel. L’accueil des Baltes surprend agréablement : ces peuples sont si fiers de faire découvrir leurs pays encore préservés d’un tourisme de masse.

Alors qu’en 1991 à Vilnius il n’y avait qu’un seul hôtel prévu pour les étrangers (l’ancien « Lietuva », aujourd’hui entièrement rénové il fait partie des hôtels du groupe « Reval ». En 2008, seulement pour Vilnius il y a plus de 50 hôtels ainsi qu’une multitude de restaurants et de prestataires de services.

De plus en plus de manifestations internationales sont organisés dans les Pays Baltes :
Eurovision de la chanson à Tallinn en 2002 et à Riga en 2003, Sommet de l’OTAN à Riga en 2006, Vilnius Capitale Européenne de la Culture en 2009, Championnats, Festivals, Foires et prochainement -  Tallinn Capitale Européenne de la Culture en 2011

© 2017 TAIGA EURO BALTIKA. créé par  créé par Artogama